Manuel du combattant libéral

Je viens de lire l’excellent article de Pascal Avot dans Contrepoints sur les trotskistes. Et je suis parfaitement d’accord avec ce qui y est dit. Pour avoir affronté des extrémistes de droite dans ma jeunesse, je peux maintenant combattre pieds à pieds les extrémistes de gauche. Et voici comment.

Lire la suite

Je suis libéral par philosophie

Quel étrange paradoxe !

Il peut exister des libéraux économiques qui ne sont pas vraiment pour la liberté individuelle (ne riez pas, j’en connais au moins un). Mais il n’existe pas de libéraux philosophiques qui soient contre l’économie de marché.

Je suis un libéral par philosophie. Je veux que tous les êtres humains soient libres.

Je veux que les êtres humains pensent, agissent, circulent, s’expriment sans aucune autre contrainte que la Loi. Et pour moi, cette loi doit-être la plus simple et la plus générique possible. Lire la suite

Vous êtes des esclaves et vous adorez ça !

Le 20 décembre est une date anniversaire des plus importantes pour la Réunion et les Réunionnais.

Le 20 décembre 1848 est le jour où l’esclavage a été aboli, cependant, jour après jour les Réunionnais s’enferment de plus en plus dans un comportement d’esclaves et ils adorent ça. Lire la suite

Il est temps de l’ouvrir.

On ne nait pas libéral. On le devient.

L’être libre passe par beaucoup d’étapes avant de s’affranchir du carcan de la pensé d’autrui.

Ces étapes, je les ai franchi une a une. Passant de socialo-utopiste à social-démocrate. De social démocrate à socio-libéral. de socio-libéral à  libéral tout court.

J’ai passé beaucoup de temps à me taire car je craignais la réaction de mon entourage. Je m’abritais souvent derrière en lâche : "Moi je dis ça, je dis rien".

J’ai passé beaucoup de temps à vouloir comprendre cette pensé : "le laissé faire" que nous sommes égaux en droit et seulement en droit et c’est déjà beaucoup.

J’ai passé beaucoup de temps à essayer d’expliquer le libéralisme, en ayant quelques des succès mais aussi en faisant beaucoup d’erreurs.

Mais maintenant, il est temps de sortir de l’ombre, il est temps de pourrir les commentaires des étatistes comme ils le font pour nous. Il est temps, plus que temps de dire ouvertement : "Vive le libéralisme" en public et d’expliquer pourquoi. Il est temps de contester constamment les étatistes de tous bord. Il est temps d’être réellement libre.

Il est temps parce qu’après, il sera trop tard.

« Il suffit que les hommes de bien ne fassent rien pour que le mal triomphe. » Edmund Burke