Pourquoi les libéraux ne sont pas aimés ?

À chaque fois que je dis ma tendance politique, libérale, je suis obligé de prendre des gants et parfois (souvent) faire de l’humour.  Je commence toujours par dire : « Je suis un pilleur de nations, un assassin de la veuve et de l’orphelin » avant de continuer.

Pourquoi ? Parce que les libéraux sont très mal vus dans ce pays. Être libéral dans ce pays signifie être d’accord avec les agissements de Monsanto, être libéral signifie ici être pour les patrons au détriment des ouvriers.

Je précise ici que j’ai été ouvrier à la chaîne que j’ai 20 ans de bâtiment dans les mains, que j’ai été Maître Ouvrier puis artisan. Donc le monde ouvrier, je le connais très bien, peut-être bien mieux qu’un mélanchoniste de base. J’ajoute que j’ai découvert le libéralisme alors que je me trouvais  dans la plus extrême nécessité.

Alors la bonne question n’est pas pourquoi je suis libéral, je me suis demandé pourquoi les libéraux se sont pas aimés ?

Pour répondre à cette question, je crois qu’il faut répondre à une autre question : « Qu’est-ce qu’un libéral ? »

Un libéral est une personne qui pense que la somme des actions individuelles est supérieure à l’action d’un groupe restreint d’individus sur l’ensemble de la société. Il pense que dans un système chaotique comme une société humaine, il est impensable de diriger par la force chaque unité de la société.

On appelle ça : l’individualisme.

De grands théoriciens économistes, philosophiques, sociétals ont exploré cette hypothèse avec plus ou moins du succès.  Il est inutile de revenir dessus (plus d’info sur le wikibéral).

L’individualisme est une doctrine qui, comme le capitalisme, accepte les faits naturels tels qu’ils existent : Un monde chaotique dirigé uniquement par les interactions entre les individus et les groupes d’individus. Ces interactions sur une durée suffisamment longue sont bénéfiques pour l’ensemble des individus même si, sur le court terme, ces actions semblent préjudiciables pour tel ou tel groupe.

Les autres mouvements (socialo-communistes, droite) sont collectivistes : un groupe réduit d’hommes et de femmes peuvent diriger et influencer l’ensemble de la société. Les interactions entre les individus doivent se faire uniquement si le pouvoir en place est d’accord et qu’il estime que cela est bon pour la société.

Vu sous cet angle les libéraux sont les athées et les autres mouvements sont déistes. Pour ces derniers, il est impensable de n’avoir aucun contrôle sur le monde, il est impensable que le monde n’est pas de sens. Pour un libéral, le monde n’a aucun sens et ne doit pas en avoir.

Et c’est, je pense, l’essence même de notre détestation. « Ils » nous détestent parce que nous pensons que l’intelligence humaine ne sera jamais assez vaste pour prendre en considération tous les tenants et aboutissants d’une décision. Nous pensons en fait, que personne ne contrôle rien et que plus nous cherchons à contrôler une chose, plus elle nous échappe.

Qui plus est, pour comprendre un tel concept, il faut réfléchir un bon moment, avoir quelques notions mathématiques et économiques. Oui, en général, un libéral réussit mieux dans la vie car justement, il a l’intelligence de comprendre ces phénomènes qu’on ne voit pas. La magnifique conclusion de l‘article de M. Caccomo  paru dans l’excellent contrepoints.org

Non, nous ne sommes pas « pro » riches ni « anti » pauvres ni rien de tout cela. Nous sommes simplement les acteurs de nos propres vies.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s