Le Réunionnais Libéral

Liberté, je chéris ton nom.

La grève

Les idées sont d’une force inouïe. Rien ne peut les arrêter, pas même la mort de ceux qui les colportent. Les idées ont créer des choses impensables, mais aussi les pires des catastrophes.

Et moi, j’ai une idée. C’est une idée toute simple, toute bête qui pourrait avoir des conséquences d’une ampleur mondiale : Faire grève de l’impôt.

Ayn Rand avait décrit dans son livre « La Grève » quelque chose de similaire. Faire la grève de l’impôt. Il ne s’agit pas ici de faire grève définitivement, non, il s’agit juste de faire un coup de semonce.

Un mois serait suffisant. Un mois de retard systématiquement pour tout. 1 mois de retard pour le 1/3 des impôts, un mois de retard pour le versement de la TVA (même si maintenant le Fisc à le droit de ponctionner directement votre compte). Un mois de retard pour les prestations sociales.

Un mois, juste un tout petit et ridicule mois. Même pas de quoi nous mettre dans l’embarrât puisqu’à la fin du mois, tout est payé, rubis  sur l’ongle.

Bien sûr ne pas payer tout seul n’a qu’une valeur protestataire ridicule,insignifiante. Mais si la moitié 3 432 089 entreprises de France bloquaient juste un mois leurs cotisations obligatoires,  le système socialo-communiste Français ne pourrait ignorer qu’Atlas se réveille. L’onde de choc serait si importante que même le plus aveugle des chef d’État serait bien obligé de se rendre compte de l’évidence. La France de ceux qui bougent et qui paye les autres par ses impôts en a marre. 

Bien sûr, j’entends d’ici les remugles de ceux qui vivent du système : « Solidarité », « trahison », « patriotisme ».  Vous les connaissez. Quand un socialo-communiste n’a plus rien à dire, quand la réalité s’impose à lui comme quelque chose d’absolument obstinée quand son idéologie d’un autre temps fruit d’une analyse biaisée, alors, le socialo-communiste n’a plus que deux choses à faire : fuir dans les bras du nationalisme et du protectionnisme (Montebourg, Le Pen) ou accepter les choses telles qu’elles sont.

Faire grève des impôts est si simple, si pacifique, si démocratique qu’en fin de compte, qu’il serait presque impossible de poursuivre tout le monde, puisqu’au final, les taxes dues, même si elles sont injustes seraient payées.

Et si cela ne suffit pas, faire une nouvelle grève toujours d’un mois… Et encore, et encore…

Et si la solution était si simple (tout comme le libéralisme) que personne ne l’avait imaginé possible car ce ne sont pas les problèmes qui m’intéressent, ce sont les solutions et celle là est particulièrement simple à mettre en oeuvre.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :