Il est temps de l’ouvrir.

On ne nait pas libéral. On le devient.

L’être libre passe par beaucoup d’étapes avant de s’affranchir du carcan de la pensé d’autrui.

Ces étapes, je les ai franchi une a une. Passant de socialo-utopiste à social-démocrate. De social démocrate à socio-libéral. de socio-libéral à  libéral tout court.

J’ai passé beaucoup de temps à me taire car je craignais la réaction de mon entourage. Je m’abritais souvent derrière en lâche : « Moi je dis ça, je dis rien ».

J’ai passé beaucoup de temps à vouloir comprendre cette pensé : « le laissé faire » que nous sommes égaux en droit et seulement en droit et c’est déjà beaucoup.

J’ai passé beaucoup de temps à essayer d’expliquer le libéralisme, en ayant quelques des succès mais aussi en faisant beaucoup d’erreurs.

Mais maintenant, il est temps de sortir de l’ombre, il est temps de pourrir les commentaires des étatistes comme ils le font pour nous. Il est temps, plus que temps de dire ouvertement : « Vive le libéralisme » en public et d’expliquer pourquoi. Il est temps de contester constamment les étatistes de tous bord. Il est temps d’être réellement libre.

Il est temps parce qu’après, il sera trop tard.

« Il suffit que les hommes de bien ne fassent rien pour que le mal triomphe. » Edmund Burke

Publicités

Le POP va nous faire valser les impôts

Il faut un ordinateur pour tout le monde !

C’est ce que le Petit Timonier qui se prend pour un Dictateur Bienveillant Élu à Vie pour 4 ans ne cesse de répéter. Et quoi de mieux pour équiper TOUS les réunionnais que de leur filer un bon d’achat de 500 € et surtout de faire passer la pilule à nous qui payons en passant par l’excuse de le donner aux lycéens.

Oui, parce que si dans les Hôôôôtes zinstances on avait décidé de le donner à tous les bénéficiaires du RSA, je pense que l’amère pilule ne serait pas passée du tout. Mais là ! Voyons ! Priver d’un accès au monde merveilleux des TIC… tsss tsss tsss… Voyons !

Lire la suite

La Grande Muraille de Robert

Les clowns à roulettes qui dirigent la Région Réunion et qui se considèrent comme des dictateurs à vie élus pour 4 ans n’imaginent pas que le contribuable doive travailler très dur pour qu’on leur verse leur salaire (5400 € pour le Président et 1500 € pour un conseiller régional).

Pour eux, ils ont un budget qu’il faut impérativement dépenser, sinon, le ciel va s’ouvrir, des terribles éclairs vont zébrer l’horizon. Pour ces zourites irradiés, l’argent des contribuables est toujours là et sera toujours là. Et ils laissent les robinets ouverts sans s’imaginer une seule seconde que ce gaspillage puisse assécher un jour l’économie.

Lire la suite