Par pitié libérez nous de vos transports

menottes ref 080Depuis le milieu du XXème Siècle et la nationalisation des transports ferroviaires, les transports dit «  publics » sont l’apanage du secteur public, et quand il s’agit du secteur privé, les transports sont fortement soumis à la contrainte publique. Il n’existe que deux secteurs de transport qui ne sont pas fortement réglementés par le pouvoir public. L’aviation civile et le transport de frets. Mais rassurez-vous, pour ce dernier, le gouvernement est très décidé à faire tout son possible pour tuer toutes velléités de liberté de concurrence entre les acteurs notamment en cherchant à imposer le transport ferroviaire pour les marchandises. La Réunion n’échappe pas à cette folie réglementaire et les mêmes causes produisant les mêmes effets, les transports à La Réunion sont devenus au fil du temps un pur cauchemar. Lire la suite

Publicités

Les politiques ne servent à rien !

280px-La_criseDepuis que je suis en âge de comprendre, on me dit: « C’est la crise ». Mais quoi ! Personne dans les hautes Zinstances n’est capable de résoudre notre problème ? Personne ? Vraiment vraiment ?

Parce qu’à chaque élection, c’est le festival du baltringue, la  foire à neuneu, la course à l’échalote. En substance on entend : « Si vous votez pour MWA, alors MWA je vous sors du chômage et de la pauvreté et de la misère et du pas d’espoir et tout et tout. Et je vais faire couler des rivières de Rhum Miel dans vos vies stupides et insignifiantes. Si Si ! C’est vrai juré craché ! Et voici ce que je vais faire : [Mettre ici les tas de conneries habituelles] ».

Lire la suite

Pourquoi La Réunion est pauvre et pourquoi elle continuera à l’être

La Réunion est sans conteste un des départements les plus pauvre de France et malheureusement, cela va continuer encore et toujours. Tant que les réformes fondamentales n’auront pas lieux tant au niveau national que régional, les Réunionnais souffriront encore et toujours et ne pourront offrir à leurs enfants que des perspectives d’exil.

En 2008, La Réunion se classait quasiment dernière du classement national avec un PIB de 14 milliards d’euro. Je rappelle que l’île Maurice à fait un PIB de 11 milliards de $ pour la même période. Preuve de la supériorité du modèle Français mon bon monsieur… 11 Md$ = 8 Milliards d’Euro ! Pan 6 milliards dans ta gueule !

Oui mais…

Si on veut faire une juste comparaison entre Maurice et la Réunion, il faut être honnête et enlever la dotation de l’État au département, à la région et au commune, puisque Maurice n’a pas cette dotation. Et puis il faut enlever les fonctionnaires qui sont payés par l’État.

Lire la suite

Le POP va nous faire valser les impôts

Il faut un ordinateur pour tout le monde !

C’est ce que le Petit Timonier qui se prend pour un Dictateur Bienveillant Élu à Vie pour 4 ans ne cesse de répéter. Et quoi de mieux pour équiper TOUS les réunionnais que de leur filer un bon d’achat de 500 € et surtout de faire passer la pilule à nous qui payons en passant par l’excuse de le donner aux lycéens.

Oui, parce que si dans les Hôôôôtes zinstances on avait décidé de le donner à tous les bénéficiaires du RSA, je pense que l’amère pilule ne serait pas passée du tout. Mais là ! Voyons ! Priver d’un accès au monde merveilleux des TIC… tsss tsss tsss… Voyons !

Lire la suite

Privilégier l’offre plutôt que la demande

L’économie réunionnaise est une économie sous perfusion.  La Réunion a importé 4,2 milliards d’euro de marchandises et de services et en a exporté 281 millions principalement sous la forme du tourisme et de sucre. (source INSEE)

Un rapport de 1 à 14. C’est consternant.

Chaque année, il faut 4 milliards d’euro sous une forme ou sous une autre pour compenser la différence. Pour que la Réunion maintienne son train de vie dispendieux, il faut que l’État Français lui donne de l’argent d’une manière ou d’une autre.  Une de ces manières est de sur-rémunérer les fonctionnaires expatriés (souvent des profs) ou encore d’offrir des avantages si important aux investisseurs rentiers qu’ils injectent des milliards d’euro chaque année. Enfin, il reste les impôts des Français.

Lire la suite