Et si ce n’était pas de l’incompétence

orwellMon dernier billet a maintenant plus de six mois. Je n’ai plus rien écrit car j’ai eu cette idée qui m’a taraudé l’esprit. Au début, ce n’était qu’une simple pensée. Une pensée toute bête, une idée. Le problème des idées, c’est qu’elles grandissent dans votre esprit, elles prennent de l’ampleur, s’étoffent. Pour finir par prendre toute leur place.

Je regardais tranquillement les hommes et femmes politiques se débattre contre leur crise qu’ils nous ont créée avec leurs petits doigts potelets. Je les regardais comme on peut regarder une mouche épinglée sur une planche : ça frétille, ça fait beaucoup de bruit, mais au final, ça ne fait rien. Lire la suite

Publicités

Le gouvernement n’aime pas la concurrence

Pour un libéral, tout est marché.

Et ce marché doit être le plus libre possible. Moins un marché est biaisé par des lois idiotes ou par des acteurs qui influencent ce marché d’une manière ou d’une autre plus la concurrence est importante et plus l’innovation est importante. Et donc, plus les richesses créées sont importantes, donc, moins il y a de chômage, donc plus les gens consomment, etc.

Mais voilà, le problème dans une économie libre, c’est que le gouvernement est réduit à la portion congrue. Il n’a rien d’autre à faire que de s’occuper des ses propres affaires.

Et les politiques détestent ne pas s’occuper de nos affaires.

Lire la suite